GTL-TAXI
Nationale Groepering van Ondernemingen met Taxi- en Locatievoertuigen met chauffeur

15-5-2018 - Les partenaires sociaux mettent le ministre Weyts en garde contre les conséquences d'une réforme des taxis/LVC trop radicale en Flandre

Ils proposent des ajustements pour protéger la société, les clients, les autorités locales et les chauffeurs contre les dérives de l'économie de plateforme.

Bruxelles, 14 mai 2018 - Dans une lettre ouverte au ministre flamand de la Mobilité, Ben Weyts, les partenaires sociaux du secteur des taxis flamands avertissent que la mise en œuvre, telle quelle, du projet de décret actuel concernant le transport individuel rémunéré aura de graves conséquences pour les villes flamandes. Par analogie avec ce qui se passe aux Pays-Bas aujourd'hui, avec le texte actuel, on peut s'attendre à des perturbations, à des hausses de prix et à un bain de sang social. Employeurs et employés sont en faveur de la réforme pour autant qu'elle intègre suffisamment de garde-fous pour éviter les dérives connues de l'économie de plateforme.

Le 20 avril 2018, le ministre Ben Weyts a annoncé la réforme du secteur des taxis. Le gouvernement flamand a approuvé en première lecture son projet de décret concernant le transport individuel rémunéré. Ce projet de décret attend maintenant l'avis du Conseil de la mobilité, avant d'être à nouveau discuté au sein du gouvernement flamand et de se retrouver ensuite à l'ordre du jour du Parlement flamand.

Les employeurs et les employés du secteur des taxis veulent expliquer clairement, dans leur lettre ouverte au ministre, qu'ils ne s'opposent pas à une réforme. Ils sont même d'accord avec les motivations de cette réforme, à savoir une modernisation et une démocratisation du secteur, pour que le taxi devienne un partenaire à part entière de la politique de mobilité flamande.

Les partenaires sociaux constatent cependant qu'il y a plusieurs manquements dans le texte actuel. Ceux-ci peuvent mener à l'évasion fiscale, aux emplois précaires, aux hausses incontrôlées des prix et aux guerres de taxis dans nos villes. Employeurs et employés demandent donc au ministre Weyts d'apporter un certain nombre d'ajustements au projet de décret afin d'éviter de telles situations.

Les ajustements proposés :

 

  • Une législation stricte qui impose des obligations aux plateformes concernant la transparence, afin d'exclure l'évasion fiscale ou l'évitement et le non-respect des obligations sociales.

 

  • Le maintien d'un système de limite du nombre de licences de taxi pour le transport individuel (pas pour les transports collectifs) et de mesures restrictives pour les taxis de rue (vides) afin d'éviter des nuisances supplémentaires pour la mobilité et la guerre des taxis dans nos villes.
  • Établir des conditions de solvabilité pour les candidats exploitants de taxis, afin d'éviter les situations pénibles telles qu'un conducteur indépendant doit travailler 15 heures par jour pour joindre les deux bouts et rembourser ses dettes.

  • Imposer des tarifs minimums pour les taxis de rue et les taxis autorisés au stationnement, afin que les multinationales ne puissent pas s'emparer du marché au moyen de prix écrasés, pour les augmenter ensuite de manière incontrôlable. Les pratiques de flambées des prix doivent être limitées.

  •  Poursuivre une baisse générale du prix des taxis en continuant à développer le partage des taxis.

  • Des leviers supplémentaires pour les villes et communes, afin qu'elles puissent contribuer à assurer la viabilité du secteur sur leur territoire et éviter les nuisances dans les quartiers. 

     

     

 

Lien vers la lettre ouverte au Ministre Ben Weyts (en néerlandais)

Informations complémentaires

 

Pierre Steenberghen

Secrétaire Général

Groupement National des Entreprises de Taxis

M : 0496 39 70 43

E-Mail: psteenberghen@gtl-taxi.be

John Reynaert

BTB-ABVV / UBT-FGTB

T: 0474 25 49 85

E-Mail:

john.reynaert@btb-abvv.be

Jan Sannen

ACV-Transcom / CSC-Transcom

T: 0479 98 41 61

E-Mail:jan.sannen@acv-csc.be

 

Top