GTL-TAXI
Groupement national des entreprises de voitures de Taxis et de Location avec chauffeur

26-4-2019 - Réunion du Groupe taxi de l'IRU à Madrid

L'IRU présentera un mémorandum à l'occasion des élections européennes. Le projet de directive sur les véhicules propres est une source de préoccupation.

Comme vous le savez, le GTL est membre de l’IRU (Union internationale des transports routiers).

Le groupe taxis s'est récemment réuni à Madrid. Les fédérations nationales de taxis de plusieurs États membres étaient présentes.  À l'ordre du jour il y avait, entre autres, la (révision de) la directive de l'UE sur les véhicules propres et  la nouvelle législation de l'UE sur les plates-formes vis-à-vis de leurs partenaires commerciaux.

Il a encore été question de la transition dans laquelle l'IRU se trouve actuellement, ainsi que des progrès de certains projets de l'UE (MyCorridor, HiReach et Gecko). 

Enfin, l'IRU prépare un mémorandum pour l'élection du Parlement européen. Avec ce mémorandum, l'IRU entamera des discussions avec les députés nouvellement élus après les élections. Les sujets relatifs au taxi en feront également partie. Les taxis sont un secteur important : plus de 200 000 familles dans l'UE vivent grâce au taxi !

Le but est de présenter le document de l'IRU à l'automne.

Pierre Steenberghen (GTL) a été élu nouveau vice-président du CTP (Comité du transport de personnes).  Il sera le seul représentant "taxi" de ce comité, avec trois représentants du secteur des autocars et autobus.

La proposition de directive sur les véhicules propres

Celle-ci pourrait avoir des conséquences importantes pour notre secteur d'activité.

La réforme vise en premier lieu les marchés publics

« L’objectif principal de la proposition est d’accroître la part des véhicules propres, à faibles émissions et zéro-émissions, dans les marchés publics, et de contribuer ainsi à la réduction des émissions provenant des activités de transports et la compétitivité et la croissance du secteur des transports. »

Aussi pour les taxis ?

« Les transports en commun ne représentent qu'une faible part des émissions dues aux activités de transports. Afin de poursuivre la décarbonisation du secteur, d'améliore davantage la qualité de l'air, tout en maintenant une concurrence équitable entre les différents opérateurs de transports, les États membres peuvent décider d'imposer des exigences similaires aux entreprises privées, opérateurs et services ne relevant pas du champ d'application de la présente directive, tels que les taxis, la location de voitures et les entreprises de covoiturage. »

Exception pour les véhicules pmr

"Afin d’éviter d’imposer des charges disproportionnées aux pouvoirs publics et aux opérateurs, les États membres devraient pouvoir exempter des exigences de la présente directive les marchés publics de certains véhicules ayant des caractéristiques spécifiques liées à leur besoins opérationnels. Ceux-ci comprennent … les ambulances, les corbillards, les véhicules M1 accessibles aux fauteuils roulants,…"

Catégorie de véhicules

Jusqu’au 31décembre 2025

À partir du 1er janvier 2026

 

 CO2 g/km

Émissions de polluants atmosphériques RDE * en pourcentage des limites d'émission **

 CO2 g/km

Émissions de polluants atmosphériques RDE * en pourcentage des limites d'émission **

M1 (max 9 pl)

50

80 %

0

n.a.

M2 (>9 pl)

50

80 %

0

n.a.

N1(marchand;<3,5T)

50

80 %

0

n.a.

De nombreux pays se plaignent que tout doit aller trop vite.  

L'IRU compte faire pression pour un changement moins rapide, en insistant sur l'offre limitée de véhicules adéquats par les constructeurs automobiles... et sur le nombre limité de points de recharge pour les véhicules électriques.

L'IRU a plutot opte pour l'EURO 7 (les constructeurs automobiles également dans cette direction) 

Une réunion de l'IRU sur les applications et sur la mobilité en tant que service (MAAS) sera organisée à Bruxelles le 22/05/2019.

Nous vous tiendrons informés de cette initiative.

 

Top