GTL-TAXI
Groupement national des entreprises de voitures de Taxis et de Location avec chauffeur

26-11-2018 - Taxi shift: l'Union des Classes Moyennes monte au créneau

On parle de tax shift, alors que les charges sociales (Onss) ont FORT AUGMENTÉ dans le secteur des taxis et LVC. L'UCM relaie ce constat alarmant.

Vous l'avez peut-être entendu ce matin à la radio ou lu dans les média : l'UCM soutient l'appel au gouvernement du GTL et d'autres fédérations patronales, notamment celle des coiffeurs, qui ont vu leurs charges sociales augmenter fortement en 2018 par rapport à 2017.

Nous ne nions pas que le tax shift a dû profiter à beaucoup d'employeurs dans le pays. En revanche, quelques secteurs, dont le nôtre, ont subi un effet tout à fait opposé.

Une analyse du GTL auprès d'employeurs en Wallonie, en Flandre et à Bruxelles montre des hausses de charges sociales allant jusque 3 à 4 % par rapport aux salaires bruts payés en 2017 !

En cause: 

  • * La suppression d'un avantage dont jouissait le secteur (exemption de paiement de la cotisation de modération salariale)
  • * Le seuil (8.850 euros en 2018 et 9.035 euros en 2019, NdlR) en dessous duquel des réductions de charges supplémentaires, en plus de la réduction de base, sont octroyées n'a pas été indexé.
  • * La régionalisation de la réduction groupe-cible "travailleurs âgés" est allée de pair avec une diminution progressive des travailleurs âgés qui entrent en compte. Elle est  fixée par les régions: Suivant l'endroit où est situé l'entreprise, il y a lieu d'appliquer la réduction groupe-cible  "travailleurs âgés - Bruxelles" ou la réduction groupe-cible "travailleurs âgés - Région wallonne".

Pour rappel: les coûts sociaux représentent 55 à 60% du prix de revient des entreprises de taxi et de LVC. La hausse de charges patronales devra inévitablement être répercutée dans le prix des courses (ce qui ne plaira pas aux utilisateurs).

Tax Shift: l'UCM monte au créneau pour des promesses non tenues ...

Vous trouverez le lien vers le courrier adressé en septembre par le GTL au premier ministre et à la ministre De Block pour faire part de ce constat alarmant.

 


 

Top