GTL-TAXI
Groupement national des entreprises de voitures de Taxis et de Location avec chauffeur

16-6-2020 - Toutes les lignes de bus du Limbourg sont repensées

Le modèle basé sur l'offre garantie de services de transports en commun sera remplacé par un modèle axé sur la demande.

Le Limbourg aura des bus plus rapides qui desserviront moins d'arrêts. À partir du 4 décembre, toutes les lignes de bus de la province seront redessinées, annonçait la presse ce mardi. La modification sera importante pour les passagers.

Les 42 communes du Limbourg forment l'une des 15 nouvelles régions de transport de la Flandre. Les communes auront leur mot à dire dans le nouveau conseil régional des transports. À l'heure actuelle, les bus du Limbourg fonctionnent toujours selon les principes établis par feu Steve Stevaert, ministre flamand de la Mobilité, du début de ce siècle. Il garantissait à chaque Flamand un arrêt de bus à moins de 500 mètres de sa porte d'entrée. Ce modèle, basé sur l'offre garantie de services, est en train de disparaître pour être remplacé par un modèle axé sur la demande, avec uniquement des bus là où il y a une demande suffisante.

Le Conseil régional des transports du Limbourg, créé pour décider de l’offre de service pour les nouveaux réseaux de transport, a établi son plan de transport public 2021. Le réseau central (« Kernnet» De Lijn) sera constitué de lignes rapides qui formeront une étoile vers Hasselt et Genk. Un grand nombre d'arrêts de bus vont disparaître, mais on ne sait pas encore combien. En plus de ce  réseau principal, il existera, comme dans toute la Flandre, un réseau complémentaire avec des lignes de bus secondaires. Elles desserviront les petits villages afin d'alimenter le réseau central. Le cas échéant, des lignes fonctionnelles continueront également à exister, par exemple pour le transport des écoliers. Les réseaux des villes de Hasselt et de Genk seront complètement redessinés afin de mieux se connecter au nouveau réseau.

Afin d'amener les voyageurs aux arrêts de bus, il y aura un nouveau réseau de "transport sur mesure". Il peut s'agir de « Belbus » (petits bus avec préréservation), mais aussi de vélos, de voitures ou de taxis collectifs ou partagés. Les municipalités semblent inquiètes à ce sujet, car le budget des bus des transports en commun est déjà insuffisant. Pour l'instant, on ne sait pas exactement comment les petits noyaux seront connectés au réseau central des autobus (De Lijn). En conséquence, seules 24 des 38 municipalités présentes ont voté en faveur de la proposition cette semaine. Il y a eu 11 abstentions et 3 votes contre. Un vote final suivra à la fin du mois d'octobre. Une majorité des deux tiers sera alors nécessaire.

 

Top